--L’homme qui a donné son nom au Pape

L’homme qui a donné son nom au Pape

J’ai écrit et lu ce conte pour l’Assemblée Générale du Secours Catholique Caritas France, le 19 juin 2014 à Lourdes. Il s’agissait de la passation des pouvoirs de Président National, entre François Soulage et Véronique Fayet. J’étais à l’époque, président de la délégation des Alpes (04-05) et administrateur national  du Secours Catholique.

Quelques clés de lecture pour apprécier ce conte :
François Soulage termine son mandat de président national du Secours Catholique.
Il habite Nanterre et est devenu le président national du collectif « Alerte ».
Geneviève est sa femme.
Bernard est le secrétaire général.
Dominique est l’aumônier général.
Véronique Fayet est la nouvelle présidente fraîchement élue. 

fumée blanche

Lorsqu’à 19h06, le 13 mars 2013, après 5 tours de scrutin, la fumée blanche sort de la cheminée de la chapelle Sixtine, Jorge Mario Bergoglio n’est pas excessivement surpris de son élection. Pour tout dire, il s’en doutait un peu et avait déjà les idées claires sur ce qu’il proposerait : « Une Eglise pauvre pour les pauvres ». En revanche, il n’avait pas vraiment pensé au nom qu’il porterait. Oubli ? Inattention ? Ou simple superstition, histoire de ne pas vendre la peau de l’ours ?

Aussi, quand le cardinal Jean-Louis Tauran, chargé de faire l’annonce à la foule massée place Saint Pierre, lui pose la question, Jorge Mario Bergoglio laisse apparaître sur son visage un très léger vent de panique. Il fallait maintenant aller vite pour que l’annonce puisse se faire sans tarder…. Le 266ème évêque de Rome, homme de Dieu et homme de prières, premier pape issu de la compagnie de Jésus, pense soudain à trois saints qu’il avait pris l’habitude d’invoquer régulièrement dans sa jeunesse et avec lesquels il était resté en bons termes.

François Soulage, un militant très actif

Sainte Geneviève, canonisée pour avoir soutenu son époux, homme d’action, toujours prêt à s’engager dans de nombreux combats, toujours au « Secours », toujours en « Alerte » et forcément très souvent absent du foyer familial !

Saint Bernard, canonisé pour avoir montré toute sa souplesse, son calme, son écoute, sa patience et des trésors de diplomatie pour travailler avec un homme présent, actif, entreprenant, remuant, bouillant, travailleur, intelligent et en plus de tout ça… doté d’une imagination débordante !

Saint Dominique, canonisé pour avoir été la « conscience » d’un président pas normal du tout, le protégeant d’ailleurs de quelques-unes de ses fréquentations et plus particulièrement de celle d’un autre président qui se faisait appeler « le président normal ». Une fréquentation à surveiller et à accompagner, s’était dit Saint Dominique !

Rapidement l’inspiration se fait plus précise et Jorge Mario Bergoglio reçoit de Sainte Geneviève l’idée de taper sur Internet : Nanterre, ville dont elle est la sainte patronne, de Saint Dominique l’idée de taper sur Internet Secours Catholique et de Saint Bernard l’idée de taper Caritas France.

Jorge Mario Bergoglio sort promptement sa tablette dernier cri, un cadeau des cardinaux qui viennent de l’élire, et se rend sur Google où fébrilement, il tape les 5 mots qui s’avéreront par la suite chargés de sens : Secours – Catholique – Caritas – France – Nanterre. Envoi.

francois soulage

Aussitôt apparaît sur l’écran tactile la photo d’un homme avec un polo bleu « Lacoste », arborant un large sourire, le visage serein, le front dégagé, des yeux bleus acier pétillants, qu’encadrent des lunettes sobres. La photo crève l’écran. On dirait que l’homme va parler. Il a l’air direct, sympathique, sportif. Jorge Mario Bergoglio ne peut s’empêcher de penser : « On lui donnerait le Bon Dieu sans confession ».

La rencontre terminée avec ce visage qui semble sorti tout droit d’une des pages de l’Évangile de Matthieu, Jorge Mario Bergoglio s’intéresse à la légende de la photo. François Soulage, président national du Secours Catholique Caritas France.

« Soulage » « Soulage » : sans doute un nom d’emprunt vu les objectifs de l’association : Soulager la misère et agir sur les causes de la pauvreté. S’associer avec les pauvres pour construire une société juste et fraternelle. Jorge Mario Bergoglio n’en croit pas sa tablette. Etre près de ceux qui sont loin de tout. Aidons-nous les autres. Ah ! là, ils auraient pu oser : « Aimons-nous les uns les autres » se surprend à penser tout fort Jorge Mario Bergoglio. C’est sûr, ce nom est un nom d’emprunt. Mais il a l’air, de tellement bien lui aller.

Si ce monsieur qui se fait appeler « Soulage » a emprunté son nom, qui m’empêche à mon tour de lui emprunter son prénom ?

Pour afficher ma volonté d’une Eglise pauvre pour les pauvres je pourrais peut-être, au regard de tout ce que cet homme a incarné, m’appeler « François » se dit-il. Je ne mettrai pas François Premier, par correction vis-à-vis de cet homme qui était avant moi. Je m’appellerai simplement Pape François. Voilà une bonne idée. Et en plus je suis un peu pressé ! Jean-Louis doit s’impatienter.

Conscient d’avoir été largement inspiré par sainte Geneviève, saint Bernard et saint Dominique, et se rappelant soudain qu’il vaut quand même mieux s’adresser à Dieu qu’à ses saints, Jorge Mario Bergoglio sort de sa poche le téléphone papal que vient de lui céder, il y a quelques instants seulement, Benoît. Un téléphone avec une ligne directe vers Dieu. Avec une certaine appréhension, Jorge Mario Bergoglio tape sur la touche sept. 7, le chiffre de la perfection.

Un coup de fil à Dieu

Aussitôt une voix chaleureuse, remplie d’amour, ferme mais rassurante répond.

– Je t’attendais Jorge Mario, que t’arrive-t-il ? Tu as déjà un souci ?
– Besoin d’un conseil, Seigneur
– Je t’écoute, Jorge Mario
– Je voudrais me faire appeler François, qu’en penses-tu Seigneur ?
– Je t’ai créé libre Jorge Mario. Tu sais à quel point je tiens beaucoup au principe de subsidiarité. Mais… Pourquoi François ?

Jorge Mario Bergoglio explique alors ses prières à sainte Geneviève, à saint Bernard et à saint Dominique, son embarras et ses hésitations pour trouver un nom et enfin son surf endiablé sur Internet.

– Effectivement, dans ces conditions, François pour un pape, ça me paraît pas mal, mais Bernard ou Dominique ce serait très bien aussi.
– J’entends Seigneur, mais ce François, il a l’air d’avoir quelque chose de particulier.
– Ah ! Bon ?
– Oui Seigneur, j’ai appris sur Internet que cet homme avait eu l’idée d’un grand rassemblement pour mettre de la lumière sur le visage de 12 000 personnes, pour leur faire vivre la fraternité et leur donner l’occasion de partager ton message d’amour, avec les plus démunis. (rassemblement Diaconia à Lourdes en mai 2013).

– Effectivement, je suis vaguement au courant de cette histoire. J’avais trouvé le nom de cette manifestation, « Diaconia », un peu compliqué. Mais l’idée était excellente. Il est pas mal ce François. Je dois te dire, Jorge Mario, que je suis assez fier de moi et de la manière dont je l’ai façonné… cet homme !

Sur ces paroles la petite sonnerie indiquant que Dieu avait raccroché se fit entendre sèche et aiguë… Tut ! Tut ! Tut ! Laissant Jorge Mario Bergoglio devant sa première grande responsabilité de pape. 

Dieu venait de lui suggérer que s’il voulait donner un premier signe fort d’une Eglise pauvre pour les pauvres, c’est vraiment François qu’il fallait qu’il se nomme. « Franciscus », dans la langue avec laquelle l’Eglise parle à Dieu.

Longtemps après, quand les évêques de l’avenue de Breteuil à Paris, eurent vent des circonstances dans lesquelles le pape François avait choisi son nom, ils eurent rétrospectivement la sensation d’un grand froid dans le dos, quand ils imaginèrent qu’à quelques mois près, le pape eût pu s’appeler Véronique… 

Norbert MOUIREN

Contact : contact@motsenliberte.fr 

Je réagis à cet article !