--C’était il y a 1000 ans

C’était il y a 1000 ans

C’était il y a 1000 ans. A la fin des années 60. Saint-Auban avait encore toutes ses dents, toutes ses maisons, tous ses ouvriers, ses agents de maîtrise et ingénieurs, sagement alignés dans les logements « prévus à cet effet ». La Renault 16 sortit en 1965. Un ingénieur en acheta une, blanche. Très vite, tous les ingénieurs roulèrent en Renault 16. Blanche. Le curé, Jean-Marie Plume avait acheté des locaux à Chauffayer, dans le Champsaur. Il venait de créer l’association « Joie et Soleil » à Saint-Auban, et du coup, les enfants de la commune partirent en colo à Chauffayer.

Gaston Savornin, prêtre

Quelques années plus tard, le village haut-alpin fit son entrée dans le « teston » des ados du carrefour Bléone-Durance. Un homme, Gaston Savornin, nouveau curé très charismatique, venait d’avoir l’idée de proposer des stages culturels d’une semaine, là haut, dans la montagne. On y apprendrait la musique, la photo, la danse, le théâtre par exemple, avec l’association « Joie et Soleil ». Exit la colo, vive les stages.

Oh, à cette époque, on ne s’embarrassait pas de diplômes tip-top. Une passion, un savoir, et hop ! On était bombardé moniteur. Et ça marchait. A Chauffayer, les mois de juillet et d’août grouillaient du bonheur d’apprendre ensemble, de vivre ensemble, d’être libres ensemble. Et puis le temps, l’argent, la vie, le chacun pour soi … Tout cela a pris le dessus, et Chauffayer s’est endormi sous sa pinède. Paisiblement. Chauffayer s’est mis à ronronner malgré la bonne volonté de quelques-uns.

Un nouveau départ

Il y a deux ans, les médecins ont failli débrancher le malade et vendre ses biens. C’est là qu’un ancien, un vieux, est sorti du chapeau. Norbert Mouïren. Ce saint-aubannais a grandi lui aussi, il y a 1000 ans à Chauffayer. Lui aussi avait gardé ce petit bout des Hautes-Alpes dans ses tripes. Il a contacté un autre ancien « de Chauffayer » , puis une autre, qui a contacté quelqu’un d’autre encore.

Et ils sont venus, ou revenus. Les anciens ont ce truc de leur jeunesse dans le ventre. Ce truc qui fait dresser les poils sur les bras et qui les ramène 1000 ans en arrière. Ce temps où ils ont découvert Chauffayer, où ils ont grandi, où ils ont développé le sens des mots solidarité, amitié. Amour ? Aujourd’hui, en toute laïcité, en toute tranquillité, mais toujours nantis de ce truc, ils ont renversé la vapeur et fait plonger l’association « Joie et Soleil » dans le 21ème siècle.

Ensemble, ils ont remis « Chauffayer » en selle.
Et l’an dernier, plus de 130 jeunes ont participé aux stages en juillet et en août.
On parle Europe, numérique, informatique … On est en 2019 quoi !

Jean-Marie DELMAËRE

Contact : contact@motsenliberte.fr

Photo : Jean-Louis ROUSSELET


Un grand Merci à Jean-Marie d’avoir mis dans la balance ses souvenirs et sa plume complice pour redire l’ambiance et l’émotion. Norbert Mouîren

Lire aussi : Chauffayer, il y a 50 ans

 

 

2 Commentaires

  1. Robert ARNOUX 10 avril 2019 à 08:26 - Répondre

    Mon vieux Jean-Marie! Je m’étais contenté de 50 ans, toi tu en as mis mille dans la balance…Et « photo Jean-Louis Rousselet » pour que la boucle soit bouclée…
    R.

  2. Dominique Mouiren Perniceni 9 avril 2019 à 22:55 - Répondre

    Merci Jean-Marie!! quel bonheur de lire cet article. J’ai participé à ces stages il y a 1000ans, j’ai été monitrice il y a 1000 ans et en ce 21ème siècle, je fais partie du C.A. et je suis fière d’avoir rejoint une équipe dynamique. La bonne ambiance est toujours d’actualité, même après 1000 ans!!!

Je réagis à cet article !