--Le peintre et le dominicain

Le peintre et le dominicain

Daniel Bourgeois, frère dominicain a écrit à Louis-Jean Gal, artiste peintre, auteur de la crucifixion présentée ci-dessous. Vous pourrez découvrir en lisant cette lettre des choses étonnantes et profondes à propos de ce tableau.

 

crucifixion louis-jean gal

J’ai été d’autant plus touché que je vois dans ce tableau une symbolique théologique extrêmement riche et originale.

Alors que la plupart des peintres se croient toujours « obligés » de traiter la thématique de la crucifixion dans des tonalités sombres (des bleus foncés ou des gris intenses) et violentes, comme pour accentuer le mystère et l’obscurité de la mort avec tout l’effroi qu’elle peut inspirer, je suis au contraire très heureux et sensible que, spontanément, vous n’ayez pas cherché dans cette direction.

Au contraire, vous avez su, tant dans la douceur des lignes, que dans le camaïeu de couleurs paisibles « harmoniques », suggérer la paix que peut donner la mort du Christ. Il n’y a là ni artifice technique, ni insensibilité à la dureté de la mort, mais simplement un mouvement spirituel d’abandon et une certaine douceur, comme si la courbe des collines stylisées en arrière plan se coulait dans la souplesse presque aérienne du corps du crucifié.

En outre, il me semble que le choix de l’ensemble des tons est assez proche de la terre et de la chair vivante. En termes bibliques, je dirais que votre palette, à cette occasion, a été « adamique » (car en hébreu, le mot Adam veut dire « celui qui vient de la terre, le terreux »).

Dieu au cœur de la vie de chaque homme

Le ciel lui-même a des reflets de terre et le corps du Christ semble comme enveloppé de la douceur des coloris de la terre, comme si par sa mort, il s’assimilait radicalement à notre condition d’êtres terrestres et voulait se lier pour toujours à ce monde par la beauté des tons de la chair. Du coup, la blancheur du corps légèrement dorée et rosée, presque identique au soleil, n’est pas en rupture mais en continuité avec notre humanité et son enracinement terrestre.

J’interprète personnellement ce tableau comme la figuration de l’enfouissement de la présence de Dieu au coeur de la vie de chaque homme, croyant ou non.

Frère Dominicain Daniel BOURGEOIS. Aix-en-Provence

————————————————————————————————————————————————————————————————–

Si cette lettre vous a plu, vous aimerez certainement aussi l’article :
Une peinture empreinte de tendresse et d’humour

Vous pouvez voir aussi une vidéo consacrée à la peinture de Louis-Jean Gal :
Dans l’atelier de peinture de Louis-Jean GAL

Contact : contact@motsenliberte.fr    –   Contact avec le peintre : louisjean.gal@free.fr

 

Je réagis à cet article !