---Macron ou Le Pen : choisir et éviter le pire

Macron ou Le Pen : choisir et éviter le pire

Les oubliés permanents de notre société, les plus jeunes et les plus pauvres,
Ont largement voté, lors du premier tour de la présidentielle, pour le Front National.
Ils ont voté aussi, massivement pour le candidat de la France Insoumise.
Ces deux candidats se sont montrés les plus proches des soucis quotidiens des « gens ».
C’est ce qu’ils ont en commun et ce n’est pas mince.
Cela a pesé plus de 40% des suffrages exprimés, le soir du 23 avril.

Le talent de Jean-Luc Mélenchon a rendu un grand service à Emmanuel Macron.
Il lui a permis, le soir du premier tour de l’élection, d’être à la première place.
Première place promise pendant longtemps à Marine Le Pen,
Dont la promotion a été faite par les gouvernements qui ont ignoré les plus petits,
Ou en tout cas, qui n’en ont pas fait leur priorité.
Donnant ainsi, en abandonnant les plus démunis à leur sort, un rôle au Front National,
Et lui laissant le champ libre pour un discours démagogique, populiste et irréel.

Emmanuel Macron, s’il est élu serait bien inspiré de ne pas ignorer
L’aspiration des jeunes et des plus fragiles à être davantage reconnus et pris en compte.
Rien ne pourra se faire de grand sans que la dignité ne soit rendue aux plus petits.

Les pauvres votent Marine Le Pen

Ce n’est pas nouveau, il y a ceux qui font des grands discours ou votent des lois,
Et il y a ceux qui s’arrêtent au bord du chemin porter secours aux cabossés de la vie.
A leur « prochain ».
Il arrive que ce ne soit pas tout à fait les mêmes.

Militant pendant près de dix ans au Secours Catholique,
Je sais que de nombreux pauvres votent pour le Front National.
Un vote suicidaire. Comme une solution ultime, pour en finir.
Pour crier leur souffrance en même temps que leur colère.
Pour dire qu’ils n’en peuvent plus et exister enfin.

Qui serions-nous pour les juger ?
Et leur expliquer que les personnes pour lesquelles ils votent, les trompent.

Ils ne peuvent nous entendre, trop préoccupés à survivre.
Ils n’ont plus rien à perdre et se donnent le droit de tout essayer.
Qui sait, si, dans leur situation, nous ne ferions pas la même chose ?

C’est ce qui rend encore plus insupportable toute instrumentalisation,
Toute démagogie, toute fausse promesse, tout mensonge.

Violence, invective, caricatures, mensonges

Nous nous passionnons depuis plusieurs mois pour l’élection présidentielle
Les affrontements verbaux n’ont pas toujours permis le dialogue.
L’insulte et le grand déchaînement sur les réseaux sociaux
Ne vont pas dans le sens de la réflexion et du discernement.
Les raccourcis les plus improbables y sont souvent proposés
En pâture à ceux qui en feront leur vérité.

Décidément les candidats et leurs « fans » n’ont toujours pas appris
Que ce n’est pas en habillant leurs concurrents de tous les défauts du monde
Qu’ils se montrent eux-mêmes parés des meilleures qualités.
A moins que leur devise ne soit :
« Mentez ! Mentez ! Il en restera toujours quelque-chose ».

Le silence pesant des guides spirituels

Et puis, il y a le silence pesant de ceux qui ne manquent pourtant pas de donner leur avis
Sur les sujets de société, notamment lorsque ceux-ci concernent la famille
Silence lourd de conséquences dont quelques évêques n’ont pas voulu se rendre complices.
Merci pour leur éclairage, aux évêques de Troyes, d’Aix-en-Provence, d’Orléans,
De Cayenne, de Saint-Brieuc, de Poitiers, d’Evry et sans doute à d’autres…

Il serait pourtant si simple de dire clairement et sans détour
En s’appuyant sur la « Bonne Nouvelle » de l’Évangile
Que le Front National n’est compatible ni avec le respect dû à chacun,
Ni avec nos valeurs de Fraternité, de Liberté et d’Egalité.
Qu’il aurait été plus humain et plus Chrétien, par exemple, d’accueillir nos frères migrants
Plutôt que de les laisser se noyer en pleine Méditerranée.
Et qu’avec l’enfermement que le Front National propose, se profile un véritable « enfer ».

Le bulletin « Emmanuel Macron »

On pourrait bien sûr ajouter à l’adresse de ceux qui se disent « En Marche »,
Qu’il y a d’autres chemins aussi à explorer,
Celui d’un « Avenir en commun », par exemple.
Et pas seulement celui de la compétition et de l’argent « roi ».

Mais bon sang, l’heure n’est plus à s’en laver les mains
Et à renvoyer dos à dos les deux candidats encore en course,
En laissant croire, pour de piètres raisons, que c’est la même chose,
En s’abstenant ou en votant « blanc » comme si c’était « Blanc bonnet ou bonnet blanc ».

Il faut choisir et notre devoir est d’éviter le pire.

Attention à l’arnaque, met en garde Luc Besson !
Plus le score de Marine Le Pen sera élevé, plus nous aurons du mal à nous en remettre.
Plus il sera bas, et c’est le Front National (et non pas la France) qui pourrait s’entre-déchirer.

Voilà Pourquoi, le 7 mai, sans pour autant adhérer en totalité à son programme,
Il sera important d’utiliser le bulletin « Emmanuel Macron ».

Norbert MOUIREN

 

9 Commentaires

  1. Louis-Jean Gal 6 mai 2017 à 08:20 - Répondre

    Salut Norbert!
    Je partage entièrement ton point de vue. Je voterai demain matin Macron sans arrière pensée même si je n’adhère pas à tout; je fais barrage au FN. Je suis surpris que personne dans cette campagne n’ait parlé de l’essence même du FN. Le programme du FN n’est autre que celui du National Socialisme de triste mémoire qui a permis à Hitler de prendre le pouvoir démocratiquement. De cela il n’y a que les anciens qui s’en souviennent.

  2. Philippe BERTRAND 5 mai 2017 à 10:01 - Répondre

    Bonjour Norbert

    En 2011, Olivier FERRAND, très proche du PS et patron du « cercle de réflexion » TERRA NOVA, suggère à la gauche de
    concentrer sa campagne sur les classes moyennes plutôt que sur les couches populaires.
    La classe ouvrière ne sera plus le cœur du vote de gauche.
    En 2007 c’est d’ailleurs Sarkozy qui fait le meilleur score chez cette population.
    Doucement ces oubliés ont glissé vers le front national, et font désormais le va et vient entre MELANCHON et Marine LE PEN,
    Comme tu le dis, malgré tout, dimanche il faudra choisir pour éviter le pire.

  3. JL Brun 3 mai 2017 à 16:01 - Répondre

    Marine Le Pen ne mérite pas qu’on s’intéresse à elle.
    Emmanuel MACRON ne mérite pas d’avoir une majorité. il n’est pas capable de l’assumer

  4. christiane Ferrieux 3 mai 2017 à 09:36 - Répondre

    j’apprécie ce texte qui ne fait pas l’apologie de l’un ou l’autre candidat, mais nous invite à réfléchir à la conséquence de notre vote. il ne suffit pas de se servir de notre droit de vote pour exprimer mécontentement etc… ce vote doit ouvrir la porte à du renouveau et laisser la place à l’espoir du changement. nous savons ce qu’a donné l’alternance depuis si longtemps. je souscris à cette réflexion qui honore l’humanité et ne tend pas vers le repli sur soi et ses  » petites misères »

  5. HUNOT 2 mai 2017 à 20:12 - Répondre

    Ce n’est pas bonnet-blanc et blanc bonnet, c’est choisir entre la peste et le choléra.
    Comment voter Macron quand on n’est d’accord sur rien: le personnage, son programme, les gens qui l’entourent ????
    et que l’on sait que dès le lendemain du second tour son vote serait utilisé pour justifier une politique de casse sociale !

  6. PATRICIA CARON 2 mai 2017 à 17:13 - Répondre

    Je vote Macron et plusieurs personnes dans mon entourage , en très grandes difficultés et en très grandes pauvretés font la même chose .Ils n’aiment pas qu’on pense qu’ils voteraient automatiquement pour l’extrême droite!!! Cette stigmatisation leur fait du mal.
    Patricia

  7. Chantal BIET 2 mai 2017 à 16:50 - Répondre

    De tout coeur et tout à fait d’accord avec toi Norbert !

  8. Raymond Garcia 2 mai 2017 à 15:09 - Répondre

    Norbert ,Je reconnais bien là ,la sagesse et l’honnêteté dont tu as été le porte parole pendant toute notre jeunesse.Espérons que nos concitoyens auront la même ligne de conduite.Raymond

  9. Didier HOARAU 2 mai 2017 à 13:10 - Répondre

    merci Norbert pour tes mots justes, le rejet ne mène jamais à la réconciliation

Je réagis à cet article !