---On a enfermé le Bon Dieu

On a enfermé le Bon Dieu

Dans plusieurs villes ou villages, j’ai fait l’expérience de pousser la porte de l’église.
Presque à chaque fois, je l’ai trouvée fermée.
Fermée, la maison du Bon Dieu.
Bouclée, la maison commune.
Fermé le havre de paix.
A croire que le Bon Dieu ne reçoit que sur rendez-vous.

Serait-il arrivé quelque-chose au Bon Dieu ?
Peut-être que sa maison est fermée
Pour cause de congés, de maladie, de cessation d’activité, de décès ?

A moins qu’on ait enfermé le Bon Dieu dans sa maison.
Pour qu’il ne s’échappe pas.
Pour qu’il ne nous échappe pas.
Afin de le garder pour nous, pour les dimanches et les jours de fête.
Et le conserver à l’abri des regards, des curieux, des incroyants.
De tous ceux qui n’en seraient pas assez dignes.

Moi, je lui aurais bien ouvert la porte, au Bon Dieu, pour qu’il profite lui aussi du beau temps.
Pour qu’il se promène en ville ou dans nos campagnes.
Qu’il gravisse nos montagnes.
Je suis sûr que ça Lui plairait.
Et puis, Il reviendrait dans sa maison pour nous recevoir.
Nous offrir sa présence discrète, nous écouter
Et peut-être même nous glisser à l’oreille quelques-uns de ses secrets.

Mais il y a les voleurs, me direz-vous, les brigands, les mauvais larrons.
Serait-ce donc les richesses et la peur de les perdre qui incitent à fermer les églises ?
A moins que ce ne soit les serrures qui invitent aux effractions.
Et les murs qui font qu’on les enjambe ou qu’on les tague.
Ou tout simplement, le peu de visites et notre absence qui laissent la place aux malfaisants.

Maurice a ouvert la maison du Bon Dieu

Dans notre rue, une enfant de 12 ans est morte, après une longue maladie.
Le papa qui ne fréquente pas la maison du Bon Dieu est venu trouver le curé.
Il cherchait un lieu assez grand, assez central pour y réunir la famille et les amis.
Pour un dernier adieu à sa petite princesse qui n’était pas baptisée.
Pour dire et partager la douleur des siens, de la maman, du frère et de la sœur.

Maurice, notre bon pasteur, qui a l’habitude d’ouvrir son cœur,
A ouvert la maison du Bon Dieu pour le papa qui ne croyait pas au Bon Dieu.
Et avec l’humour qui le caractérise s’est permis ces quelques mots :
« Vous ne verrez pas d’inconvénients, j’imagine, si certains disent une prière, 
Pour votre petite fille et pour votre famille, dans la maison du Bon Dieu. »

La cérémonie fut belle, digne et émouvante.
Le papa a fait la plus belle des homélies qui soit.
Il a parlé d’amour, tout simplement.

Elle est devenue magnifique tout d’un coup, la maison ouverte et accueillante du Bon Dieu.

Trop content d’avoir de la visite, le Bon Dieu ne s’est pas enfui.
Il s’est montré discret pour ne pas gêner.
Discret, mais présent.

Il a soufflé ce jour là dans l’église de mon village un vent de respect et un air de liberté.

Norbert MOUIREN


Cet article est dédié à Robert. Pendant plus de 30 ans, il a ouvert tous les matins et fermé tous les soirs, la Maison du Bon Dieu dans un petit village d’Auvergne. Il nous a quittés ce vendredi 3 février, alors que je mettais une dernière touche à cet article. C’est le Bon Dieu lui-même qui s’est déplacé pour lui ouvrir la porte du Ciel. Au lieu du traditionnel et triste glas, les cloches de sa petite église ont carillonné le jour de ses obsèques. 

Contact : contact@motsenliberte.fr

Illustration photo : Pierre GABLE

10 Commentaires

  1. teres 4 mars 2017 à 20:39 - Répondre

    Les églises ferment quand il y a quelque chose à prendre— et qu’elles sont désertes –
    Même des incroyants entrent pour chercher le silence et la paix dont ils ont besoin— on ne peut entendre les autres et Dieu , que dans le silence !
    Un lieu de prière en est la marque .—ouvert comme notre coeur .
    La petite princesse continue son pouvoir avec sa baguette magique—-

  2. LA MALLE AUX TRESORS 4 mars 2017 à 09:33 - Répondre

    Merci Norbert, très beau texte ! Comme Edith je regrette moi aussi de trouver nombre d’églises fermées…. Mais quelle solution ? le vandalisme est bien présent. Nous y sommes confrontés chaque jour à un endroit ou à un autre. Ce petit village d’Auvergne a eu de la chance d’avoir Robert qui veillait sur la maison du Bon Dieu. Hommage lui soit rendu. Je ne doute pas que le Bon Dieu a dû lui ouvrir les portes du ciel, mais à présent cette chapelle continue-t’elle d’être ouverte ? Là est le problème il n’y a plus de relève …..A une époque il y avait dans chaque village un sacristain,…..(un emploi qui avait tout son sens et son utilité ….)

  3. Caroline et Philippe 4 mars 2017 à 09:25 - Répondre

    Hasard ou signe du destin, il y a 11 ans aujourd’hui nous enterrions Pauline, notre petite Princesse et depuis cette date nous atténuons notre chagrin en notant tous les signes qui montrent combien malgré sa courte vie , elle a pu marquer les personnes qui l’ont rencontrée. Par ton message Norbert tu participes à cette quête désespérée que nous menons et pour cela nous voulons Caroline et moi t’adresser nos plus vifs remerciements. Merci aussi de rendre hommage au « curé de chez nous » qui a ouvert ce jour là ses bras et son église à une famille de mécréants. Ce jour là, il ne nous a parlé ni de dogme ni de rédemption , il s’est juste contenté de soulager le chagrin d’une mère. Il a permis à tout un village de se réunir pour dire au revoir à une enfant et qu’importe si celle ci n’était pas baptisée. Le père Gottlieb a oublié son sermon pour mettre en oeuvre la parole du Christ. Maurice, le petit curé s’est comporté en grand homme. Si nous avions la chance d’avoir la foi nous dirions que Dieu le bénisse pour ce geste, nous nous contenterons de dire merci et de continuer à l’inviter à manger à la maison, où comme dit Georges Brassens, il nous laissera dire merde et nous le laisserons dire amen.

  4. Edith Féneloux 3 mars 2017 à 19:13 - Répondre

    Je partage aussi ce regret de trouver tant d’églises fermées. Alors lorsque j’en trouve une ouverte, quel plaisir ! La chapelle de Beauvezer, sur la route de Digne peu après Malijai, est toujours ouverte. La très jolie chapelle de Notre-Dame de Lortiguière, près de Revest du Bion, est ouverte et mérite le détour. J’ai découvert aussi il y a peu la chapelle de N.D des Fougères, près de Mane, et elle était ouverte !
    J’ai apprécié aussi cette histoire d’église ouverte pour des funérailles à des non-croyants : c’est bien la preuve que Dieu ne se laisse jamais enfermer.
    Merci Norbert.
    Edith

  5. cécile 2 mars 2017 à 13:17 - Répondre

    Merci Norbert pour cet article plein de tendresse… » Chaque fois que j’ouvre mon coeur, j’ouvre la porte du Bon Dieu »
    Cécile

  6. Gal 1 mars 2017 à 09:12 - Répondre

    Très bel article plein de tendresse
    et d’humour.
    Merci.

    Louis-Jean Gal.

  7. Philippe Chassaing 28 février 2017 à 14:57 - Répondre

    J’enrage aussi de voir les églises fermes, souvent les plus petites les plus humbles les plus propices au recueillement et ä la rencontre avec Dieu.
    Dieu n’a pas besoin de tableaux, statues et autres ornements recherchés par les « indélicats », il y a tant d’église et de chapelles où le culte, manque de prêtres,n’est plus pratiqué, elles n’en restent pas moins des « maisons du seigneur » et devraient être ouvertes..merci Norbert pour ce témoignage.
    Philippe

  8. patricia caron 28 février 2017 à 12:34 - Répondre

    Merci Norbert pour ce partage
    Patricia Caron

  9. Bernadette 16 février 2017 à 12:40 - Répondre

    Merci. Bernadette (la mécréante)

  10. Daniel GUILLOT 7 février 2017 à 18:09 - Répondre

    Merci. Dan&Jac

Je réagis à cet article ! Annuler la réponse.