--Un toit pour un migrant

Un toit pour un migrant

Cet article est dédié à Véronique.
Sa présence auprès des migrants est discrète et chaleureuse.
Elle est à l’origine de l’accueil dont je parle plus bas.
Elle va beaucoup m’en vouloir de dévoiler ça… Tant pis !

Simplement offrir un toit.

Vous vous souvenez peut-être des vagues d’immigration de l’été 2015.
Sensibles à l’appel du pape François qui parlait d’urgence humanitaire,
Nous contactons la mairie de notre village,
Pour proposer un hébergement au rez-de-chaussée de notre maison.
Un espace pour un migrant, un toit pour un sans toit.

Nous faisons part de notre projet autour de nous.
Celui-ci est plutôt bien compris.
Même si…
On nous demande si nous avons bien pris toutes les précautions, toutes les garanties.
On nous dit que c’est courageux, que c’est bien.
Mais que…
On s’inquiète aussi de la nationalité de celui qu’on va recevoir.
De sa religion, de ses pratiques alimentaires.
De ses différences…

Inquiets à notre tour, nous nous demandons si nous avons bien fait.
Si ce sera possible pour nous, si nous allons assurer.
Nous passons quelques soirées à parler, à évaluer, à imaginer,
Et quelques débuts de nuit à chercher le sommeil.

Un jour, un de nos voisins lance :
« J’espère que vous allez sauver un Chrétien ! »

Ce à quoi je réponds.
« Notre projet est de « sauver » un homme, pas forcément un Chrétien. »
« Nous accueillerons donc celui qu’on nous proposera. »
Forçant un peu le trait, je rajoute :
« Il n’existe pas de marché aux pauvres où l’on peut choisir son migrant. »

Le lendemain, le voisin confus, me confie qu’il n’a pas dormi de la nuit.
« J’ai honte de ma remarque d’hier », me dit-il…

Un toit pour un jeune iranien.

Alireza arrive chez nous un soir de décembre 2015.
C’est un jeune iranien qui a transité par Athènes,
Avant de rejoindre le nord de la France.

Il a attendu plus de 18 mois à Calais, le temps de découvrir
Que le tunnel pour l’Angleterre était en fait un mur.
Il accepte alors de venir chez nous. Pour tenter une autre aventure.
Pour continuer à se former, apprendre notre langue difficile et déroutante.

Il se lie d’amitié avec le fameux voisin, celui qui voulait sauver un Chrétien.
Le football les réunit devant la télévision de ce nouvel ami qui est veuf.
Les deux solitudes se frottent et se mettent à supporter ensemble le « Barça ».
L’équipe espagnole du F.C. Barcelone, très connue des amateurs de ballon rond.

Les discussions durent très longtemps, le soir après les matchs.
Ils parlent. Pas uniquement de foot d’ailleurs.
Ils s’écoutent, partagent.
Il leur arrive même de se confier.
Toutes choses qu’ils avaient perdu l’habitude de faire.
Ils reprennent goût à la vie. Ils envisagent un avenir.
Ils affichent aussi un sourire plus naturel, plus permanent.

Longtemps après, j’ai l’opportunité de dire au voisin, avec un brin de malice :
« Imagine un peu si nous avions hébergé un Chrétien qui n’aimait pas le foot. »
« Tu aurais continué à être seul, seul devant ta télé le soir. »

Notre voisin qui apprécie beaucoup l’humour,
Même si c’est lui qui en fait les frais,
Sourit…
Et lors d’une soirée d’été,
Je le surprends à raconter lui-même cette histoire.

Une histoire sur nos méfiances et nos appréhensions,
Sur nos soupçons et nos procès d’intention,
Sur nos fausses bonnes idées et aussi sur nos peurs.

Norbert MOUIREN

Contact : contact@motsenliberte.fr 

3 Commentaires

  1. Alireza Abbassi 23 novembre 2016 à 21:51 - Répondre

    Je remercie Koroush Mehrabi, Michel Delannoy, Véronique Devise, Norbert et Malou Mouiren, Serge Venet et tous les gens qui m’ont m’aidé de m’installer en France.

    C’est un grand plaisir de faire connaissance avec vous et d’avoir utilisé vos expériences à continuer mon long aventureux voyage dans ma vie, effectivement ma vie ne termine pas ici et je sais bien que il y aura beaucoup des routes à passer pour trouver ma position dans ma vie !

    Un jour dans 3, 5 ou 10 ans ! Je ne sais pas quand et où je serai ! Mais je continuerai à relier des maillons à cette chaîne et j’espère que mes enfants feront la même chose, puis espérant ça continue de rapprocher tout le monde.

  2. Serge VENET 23 novembre 2016 à 12:37 - Répondre

    Le voisin chrétien a rencontré un jeune musulman. L’un est chrétien car il est né en France et Alireza est musulman car né en Iran. C’est comme ça….Les deux ne respectent pas toujours les dogmes propres à leur religion, mais la rencontre a été formidable malgré les 60 ans de différence. Pour le foot il n’y avait pas de problème, et dans leurs discussions, où ils ont parlé de la situation actuelle dans le monde, et ils ont eu une réelle communion pour parler d’amour que devraient avoir tous les peuples au lieu de se détruire. Ils ont beaucoup parlé de paix, et quand il est parti pour poursuivre des études (il ne veut pas être un assisté, il parle Iranien – Grec – Turc – Anglais – Français). Le voisin chrétien confiait à ses proches qu’il aurait souhaité être le grand père du jeune musulman rencontré, Alireza.

  3. michel Delannoy 17 novembre 2016 à 19:19 - Répondre

    merci Norbert, oui je crois que la rencontre est le meilleur moyen de chasser la peur, les appréhensions. Merci encore de ton accueil pour Ali Réza. Il est heureux c’est bien grâce à toute une chaine d’amitié. Comme quoi nous sommes capables de construire un monde où chacun peut faire une place à l’autre.

Je réagis à cet article !