--« Mon usine a 100 ans »

« Mon usine a 100 ans »

« Mon usine » a 100 ans. Je suis allé la voir pour prendre un peu de ses nouvelles. Elle est toute ratatinée aujourd’hui, recroquevillée, amincie. Sans doute fatiguée. Presque toutes ses forces vives l’ont quittée. Elles ont été divisées par dix, en quarante ans. « Mon usine » ne va pas bien. Elle était née pour donner du travail à tous. On a voulu la reconvertir pour donner de l’argent à quelques-uns. Elle n’a pas supporté ses opérations chirurgicales successives. Elle a été beaucoup éprouvée de voir souffrir et mourir ceux qui l’ont fait grandir et prospérer. Elle en veut un peu à ceux qui en avaient la responsabilité et qui l’ont délaissée.

L’album photos de la Cité

Elle m’invite à m’asseoir à côté d’elle. Elle a quelques photos à me montrer. D’abord des photos de la cité ouvrière, construite sur le plateau. Une cité pour accueillir ceux que le travail attirait. Venus de loin, de très loin quelquefois. Des migrants. Annamites, Arabes, Espagnols, Italiens, Hongrois, Yougoslaves, Grecs, Kabyles, Arméniens, Polonais… Entre autres.

Là, c’est moi à 10 ans, le crâne à moitié rasé en train d’attendre sur une chaise pour l’autre moitié. Et là, c’est le directeur de l’usine qui a pris ma place sur le fauteuil du coiffeur. Prioritaire sans-doute… Là, c’est à la sortie de l’église « Jésus Ouvrier », à la fin d’une cérémonie de baptême. J’y suis habillé en enfant de cœur et je reçois une petite pièce de la part des parents du baptisé. Je me souviens très bien que les familles les plus modestes étaient les plus généreuses.

La cour de l’école « Péchiney », l’école libre, ou « dite libre », comme disaient ceux de l’école laïque. La kermesse bat son plein dans la cour de l’école des garçons. L’espace est rempli d’une concentration de vespas venues de tout le Sud-Est… C’était grandiose ! Sur la place « Péchiney », c’est la fête votive. Une des plus belles de toute la région.

Le stade « Grabinski ». La superbe piscine. Les installations pour l’athlétisme. Et puis aussi, la belle équipe de basket. L’illustre équipe de foot. La valeureuse équipe de rugby… Où se vivait le corps à corps de la mixité sociale dans les clubs sportifs locaux de l’U.S.C.A.S.A. et du S.A.R.C.

Là, c’est la « SADA », l’épicerie réputée, les trois boucheries et les trois boulangeries. L’hôpital, la maternité, le cinéma « Péchiney » en face des halles couvertes qui ont jusqu’ici résisté. Les commerces florissants, les rues vivantes et la place animée.

Apprendre la solidarité à l’usine

Et puis « en bas » dans la vallée de la Durance, l’usine est là, du temps de sa jeunesse, de sa vitalité, de sa force. Du temps où la sirène rythmait les entrées et les sorties des postés et des journaliers. Du temps où la « tranchée », long chemin vers ses entrailles, canalisait un impressionnant cortège. Du temps des allers et venues des trains et des camions emportant le fruit des fabrications. Du temps où le remplissage des parkings faisait croire à une usine de construction automobile. Du temps des piquets de grève qui disaient les colères des ouvriers.

S’arrêtant sur une page de l’album, la vieille dame est soudain envahie par une intense émotion. « Là, tu vois, j’avais 70 ans quand ils ont eu tant de mal à dynamiter la cheminée du carbure ». La cheminée comme un repère qu’on voit au loin. Comme un signe de vie et de travail… Disparue.

Alors, un peu essoufflée mais avec un sourire paisible, elle me dit de me rapprocher et poursuit : « Pendant 100 ans, j’ai donné du travail à plusieurs générations aux couleurs bigarrées. Pour certains ce fut dur. Ils y ont laissé de la sueur, des larmes. Quelquefois même du sang et leur vie. Mais jamais, petit, jamais, malgré le mélange des races et quelques difficultés, jamais il n’y a eu de racisme sournois. Tu vois, quand les gens ont du travail, ils reçoivent en même temps, cette chose rare qu’est la dignité. Et avec ça, ils peuvent vivre ensemble, apprendre la solidarité et parfois même la Fraternité. »

Norbert MOUIREN

Sur le même thème voir aussi la vidéo que j’ai réalisée : La bonne mémoire des anciens

Contact : contact@motsenliberte.fr 

Un Commentaire

  1. Michel 20 septembre 2016 à 09:20 - Répondre

    Je l’ai fuie cette usine… Mais avec le temps, j’ai appris à l’aimer je crois, tellement elle fait partie de notre histoire à nous tous, les St Aubanais…
    Bel article Norbert ! Bravo…

Je réagis à cet article !