--Un séminaire pour l’avenir de Chauffayer

Un séminaire pour l’avenir de Chauffayer

Je n’imaginais pas la marque que laisseraient ces instants « dévorés » pendant notre adolescence. Il suffit de dire Chauffayer, d’ajouter quelques mots, d’embellir les souvenirs les plus marquants pour penser que c’était sans doute nos meilleures années. Celles qui ont le plus compté. Celles où on a été insouciants et créatifs. Ces années où rien ne faisait peur, où tout était facile et évident.

Je viens de revivre le temps d’un week-end, ces moments partagés. Nous étions cinquante – de 15 à 80 ans – à reconstituer, pour quelques heures, la famille de Chauffayer. Une famille qu’on n’a jamais reniée. On ne connaît pas tous les enfants de la famille. Mais tous doivent se ressembler et savent se rassembler.

Ce week-end de septembre à Chauffayer c’était un séminaire pour du sérieux.  Le but : faire revivre un lieu, une idée, un concept. Et puis aussi, être ensemble. Et chercher toutes les bonnes raisons pour dire, que c’est ça qui est important. Tellement la solitude pèse dans notre monde. Tellement elle nous menace nous aussi. Si on n’y prend pas garde.

Et puis la mayonnaise prend comme avant. C’est studieux et intense.
« Confortée dans mes valeurs de partage, de bienveillance et d’intelligence collective » postera Cécile le lendemain sur FaceBook.

Les idées fusent. Tout semble possible. Tous sont prêts à donner. Et nous nous trouvons nantis. Nantis d’être ensemble et prêts à tout pour le rester.

A Chauffayer… Pourquoi là ? Sans doute le magique Petit Chaillol et l’imposante barre des Farauds y sont pour quelque chose. Mais pas seulement. La Croix qui domine la vallée du Drac ou peut-être la Pinède… On ne sait pas bien et personne ne peut vraiment le dire. Alors on invente. On dit que c’est l’esprit Chauff. Mais qui peut expliquer vraiment ce que c’est ?

On sent des choses qu’on ne sait ni dire, ni définir. Est-il besoin de mots ? Un peu sans doute. Mais ils sont bien pauvres pour exprimer ce vécu si intense et si riche.

Pourquoi pas, l’été prochain à Chauffayer

On a invité Patrick, le maire de Château-Arnoux Saint-Auban et puis aussi Richard, le maire de Chauffayer, pour que tout le monde sache que le moment est solennel.

Et puis le soir à la veillée, André chante l’oiseau récemment disparu et raconte des histoires de Lardiers, là-bas du côté de Forcalquier, dans le département voisin. Cette voix pure et claire nous remplit à elle seule et nous permet de communier tous ensemble accrochés à l’émotion qu’elle procure.

Les ingrédients sont là pour y croire encore un peu et se dire qu’on ne meurt jamais. On rit, on pleure, on se dit merci, on s’embrasse. Et puis, juste avant de partir, Catherine et Alain qui se sont connus ici, à Chauffayer, nous annoncent en revenant de la Croix qu’ils fêtent aujourd’hui, leurs 34 ans de mariage. Trop tard, tout le monde a repris le chemin de ses habitudes et nous ne sommes pas assez nombreux pour chanter « Joyeux anniversaire »

Nous rêvons que l’été prochain ressemble aux étés de notre adolescence. Nous aimerions faire sentir à de nombreux jeunes cet étrange parfum, fait de joies, de liberté et de fraternité. Comme une façon bien à nous, de leur dire que la vie est belle !

Lors de la réunion de conclusion de ce séminaire à Chauffayer, Hugo, 15 ans, a dit : « Espoir » !

Norbert MOUIREN

Photo du haut : Cécile GAUDIO

Contact : contact@motsenliberte.fr 


Dédicace

Cet article est dédié à tous les participants du séminaire des 16 et 17 septembre 2017 à Chauffayer, aux intervenants et animateurs tous bénévoles, à nos partenaires (La Mairie de Château-Arnoux Saint-Auban, La Mairie de ChauffayerLe Secours Catholique, Les éclaireurs du midi, La Clé des Champs, L’association ART-VAL 05, L’association ASLMD, Le centre social La Marelle), aux cuisiniers bénévoles, à André, Christine et Patrice qui nous offert une soirée de contes, de chants et de musique d’une grande qualité. Il est aussi dédié par avance à tous ceux qui nous rejoindront pour participer, animer ou encadrer les séjours « Joie et Soleil » de 2018 de l’été prochain.

11 Commentaires

  1. Catherine Fonte 28 septembre 2017 à 22:33 - Répondre

    Très heureux avec Alain d’avoir partagé ces 2 jours de séminaire, retrouvé des « anciens » et rencontré plein de gens supers, venus apporter leur pierre au hameau du même nom, pour participer à la reconstruction d’un beau projet pour ce centre de vacances.
    Et oui c’est vrai, ce n’était pas anodin pour nous d’être à Chauffayer le 17 septembre. Souvenirs, souvenirs…mais surtout envie de voir vivre ce lieu pour peut-être un jour y retrouver nos petits-enfants!

  2. Jean-Marie Boutet 27 septembre 2017 à 23:43 - Répondre

    Je n’étais pas avec vous, mais en me remémorant ces belles années de vacances il y a 30 ou 40 ans, je peux imaginer ce que vous avez partagé et l’esprit qui a animé votre rencontre. Oui c’était beau Chauffayer et ça le restera puisque vous avez décidé de continuer à le faire vivre ! Alors bravo et bonne chance !

  3. Mireille Joselet 23 septembre 2017 à 08:50 - Répondre

    Comme Dany, j’ai fait l’ouverture de Chauffayer je devais avoir 8 ou 10 ans – 60 ans plus tard, je ne compte plus les enfants et les ados qui ont côtoyè ce centre de vacances mythique, dont mes enfants et aujourd’hui mes petits-enfants – et si je continue à faire partie de l’organisation, c’est que j’ai au fond de mon cœur la fibre, comme dit Robert, qui fait que je suis liée à cette association comme on peut l’être à une grande famille.

  4. Armand/Santa-Lucia Françoise 21 septembre 2017 à 22:41 - Répondre

    « Hello , le soleil brille brille brille ,
    A la , colo « Joie et soleil  »
    sourire, de cinquante filles
    Etre à Chauffayer c’est le sans pareil ! »( chanson sur l’air de « la rivière Kwai » que nous chantions en colo dans les années50/60 );
    Qui s’en souvient ??
    ça alors , je ne savais pas que j’allais trouver cet article sur mon ordi, et un moment avant de me connecter cette chanson m’est venue dans la tête !
    Pourquoi ??? Prémonition ??? Oui : la magie de Chauffayer est bien réelle !!

  5. Jean-Louis CORBEL 21 septembre 2017 à 10:45 - Répondre

    Si les mots ne pouvaient expliquer à « l’étranger » que je suis, n’ayant pas connu cette époque que vous évoquiez, ce qu’était « l’esprit Chauf », les pleurs de certains m’en ont donné un aperçu !

  6. Dany VIEVILLE 21 septembre 2017 à 10:19 - Répondre

    J’ai fait  » l’ouverture  » de Chauffayer,il y a très très longtemps, tellement longtemps que je ne compte plus.
    Ce n’était pas encore le creuset créatif de la grande époque, c’était une colonie de vacances encadrée par les religieuses de l’école libre de St Auban. La 1ère année, on allait se laver dans un ruisseau (comblé aujourd’hui )… et pourtant la magie de Chauffayer a opéré. Ces vacances ont été les plus belles de mon enfance.
    Je suis toujours émue quand j’y reviens.
    J’ai aussi fait, en 1985, une classe de découverte avec mes petits de la plaine picarde. Le premier matin, il y avait 40 enfants sur le balcon, admirant en silence la barre des Farauds saupoudrée de neige : ils découvraient la montagne.
    Le jour du départ de la colonie nous chantions, la larme à l’œil , « ce n’est qu’un au revoir mes frères  » alors … à bientôt.

  7. André Bizot 20 septembre 2017 à 23:01 - Répondre

    Merci à toutes et tous pour ce moment de partage. Nous sommes heureux de les avoir vécus avec vous. La seule valeur authentique c’est la relation humaine, ne nous en privons pas.

  8. Cécile GAUDIO 20 septembre 2017 à 18:24 - Répondre

    Et je garde aussi un souvenir ému de ces deux biches qui nous sont apparues lors de notre balade à la Pinède, gracieuses et vives, au nez et à la barbe du chasseur aux aguets… Un merveilleux prélude à ces deux journées de réflexion et de partage !

    • Nathalie Pourcel/Bondil 22 septembre 2017 à 19:24 - Répondre

      J’aurais aimé partager ces moments avec vous tous … j’espère que ce n’est que partie remise .

  9. Didier Jarry 20 septembre 2017 à 13:53 - Répondre

    Merci Norbert d’avoir donné la texture de vos retrouvailles.
    Beau moment de partage…. même si je n’y étais pas.

    • Jean-Louis Rousselet 20 septembre 2017 à 21:25 - Répondre

      Et alors Didier? Qu’attends-tu?

Je réagis à cet article !