Lettre à Dieu

Cher Dieu,

Il y a longtemps que je veux t’écrire. Mais tu sais ce que c’est : on renvoie et on fait passer des tas de choses avant Toi.

J’ai cherché où t’écrire. J’ai rencontré plusieurs personnes haut placées qui parlent souvent de Dieu, – j’imagine de Toi -. Elles m’ont dit qu’elles ne t’avaient jamais écrit.

Et puis, j’ai croisé un enfant, pieds nus dans les rues d’Ouagadougou, qui m’a donné ton adresse.

Alors, voilà ce qui m’amène.

J’ai l’impression que nous nous éloignons du cœur de ton message d’amour.

En effet, tout ce qui touche à l’amour semble poser problème. Les divorcés qui redécouvrent l’amour, un prêtre et une femme qui s’aiment, les personnes homosexuelles qui vivent leur amour. Et la liste ne s’arrête pas là, tant notre vie est intimement liée à l’amour. Liée à Toi, Dieu, puisque tu es l’Amour.

Par ailleurs, ceux qui te représentent, sont tous des hommes et persistent à ne pas vouloir partager les responsabilités avec des femmes. Pas sûr que tu aies voulu ça !

Ton message d’amour, destiné en priorité aux plus humbles, est rendu inaudible par des dogmes et des rites d’un autre temps. Et j’avoue y perdre mon latin. Car, c’est quelquefois « l’amour » pour intellos et initiés.

Certains persistent à faire de Toi quelqu’un qui fait peur. Quelqu’un à qui on va devoir rendre des comptes.

Heureusement, il y a aussi, tous ceux qui discrètement vivent de Ton Amour et le partagent. Ils sont sans doute plus nombreux que ce qu’on l’imagine. J’en rencontre souvent.

Un coup de main à François

Et puis il y les tempêtes tropicales, les trombes d’eau sur les Antilles et les flammes qui ravagent la Californie.
L’Américain et le Nord-Coréen que tu aurais pu doter d’un meilleur sens du ridicule. Les guerres… Et le tueur fou de Las Vegas.
Mon copain atteint d’un cancer et les hôpitaux débordant de la souffrance humaine. Et tous ceux qui n’ont pas d’hôpital pour les accueillir.
Les rejetés, les humiliés… Les souffrants, les migrants, tous ceux que ton fils était venu réconcilier et réconforter.

Dis, Dieu, si tu nous l’envoyais encore un peu, ton fils, simplement pour apaiser ceux qui souffrent. Si tu nous l’envoyais avec ses sandales, dire à ceux qui usent toujours de dorures, de costumes désuets, de mots compliqués, que tu n’avais pas prévu qu’ils brouillent à ce point ton message.

On va se voir un jour. Mais j’ai encore des trucs à finir ici et comme je sais que de toutes façons, tu m’accueilleras, je ne suis pas pressé.

Parce qu’ici, il y a la rosée du matin, le sourire de mes petits-enfants, les chemins de montagne, la lavande de Puimichel. Les repas en famille, la ratatouille maison, l’andouillette de Barbentane, le verre de Saint-Julien ou même celui de Pierrevert. A moins que tu aies tout ça là-haut.

En attendant, pourrais-tu continuer d’inspirer François, pour qu’il nous aide à retrouver la beauté et la simplicité de ton message d’amour ?

Norbert MOUIREN

 

Contact : contact@motsenliberte.fr 

Illustration photo : Jacques LECERF

9 Commentaires

  1. Jean-Louis Le Mée 4 janvier 2018 à 17:55 - Répondre

    Oh, oh ! Tu prends des libertés avec les mots. J’ai bien aimé cette lettre qui s’adresse à tout le monde puisqu’on a tous une part de Dieu en nous. Mais j’ai bien aimé.

  2. LECERF JACQUES 15 novembre 2017 à 19:46 - Répondre

    Je n’ai jamais pensé écrire à Dieu, ne connaissant même pas son adresse!! .Je trouve ta démarche trés intéressante et je l’aurais volontiers signé avec toi cette belle lettre , tant toutes les questions qu’elle aborde m’interpellent.fortement ! Pendant une grande partie de ma vie ,on m’a dit qu’on pouvait lui parler par la Priére mais j’avais l’impression d’un dialogue de sourds (avec un s !) Alors depuis ,j’ai renoncé …Je sais que j’ai tort mais qui sait ? mon chemin ici bas n’est pas encore terminé .Mon amour de la création et de la nature est peut être une forme de communication avec lui !
    En attendant je dois te dire que je suis flatté du choix d’une de mes photos pour illustrer cette note .Merci !J’espére que Dieu l’appréciera !
    Merci Norbert !

  3. Jackie GUILLOT 28 octobre 2017 à 20:22 - Répondre

    j’espère qu’il a entendu, mais tu crois qu’il est d’accord avec tous ceux qui nous gouvernent et que nous payons très chers, pas en € mais qui nous stressent nous mentent et ne pensent qu’à eux, nous qui pensons toujours aux autres !

  4. Chantal Gal 27 octobre 2017 à 11:25 - Répondre

    Très belle lettre qu’on aurait aimé écrire tant elle traduit bien ce que nous pensons, mais nos rapports avec Dieu étant moins intimes que les tiens…..merci de te faire notre interprète.

  5. Françoise 25 octobre 2017 à 13:21 - Répondre

    Un Dieu aimant bien mieux qu’un juge. On a ce qu’il faut ici bas pour cela

  6. Jean-Louis EUSTACHE 22 octobre 2017 à 18:06 - Répondre

    Bonjour Norbert,

    Merci pour ta « Lettre à Dieu » trouvée au retour de la Cité St Pierre (où j’ai bien regretté de ne pas te rencontrer). Oui, ce que tu écris à ta façon rejoint ce que je ressens profondément, mais aussi très largement « la joie de l’amour » auquel nous invite si clairement notre bon Pape François.

  7. Serge VENET 17 octobre 2017 à 19:10 - Répondre

    Norbert, tu as dit ce que je pense, et ce que pensent des milliers de personnes..Je prie pour qu’il t’entende. Merci de l’avoir écrit ….

  8. Bois Gérard 17 octobre 2017 à 08:57 - Répondre

    De belles paroles poétiques et inspirées.

  9. Marie Christine SVATOS 17 octobre 2017 à 08:14 - Répondre

    Merci pour ce très beau message !
    Emcy

Je réagis à cet article !