---Grâce à Dieu

Grâce à Dieu

« Grâce à Dieu », le film de François Ozon, est remarquable. La lourde responsabilité de l’Église dans les affaires de pédophilie y est traitée sans complaisance. Le regard porté sur les hommes, aussi bien sur l’abbé Bernard Preynat que sur le cardinal Philippe Barbarin, est mesuré et évite le piège de la caricature.

Les prêtres pédophiles sont sans doute des immatures, forcément des malades, en tout cas des criminels pour notre législation. Mais au delà du crime de certains, ce qui interroge c’est le recrutement de tous. Quelles formations ? Quels formateurs ? Pour quelles missions ? Dans quelles conditions ? Quelle maturité ? Quelle capacité à vivre ce qui est imposé ?

La recherche d’un statut, d’une reconnaissance, voire d’un pouvoir n’est pas absente de certaines illusions de « vocations ». Si on peine à susciter des vocations, il faudrait enfin imaginer un autre modèle avec, par exemple, des responsabilités davantage partagées, et repenser un système où le « curé » est aujourd’hui le chef avant d’être le pasteur.

Les laïcs et notamment les femmes, sont la plupart du temps cantonnés dans des rôles d’alibis subalternes sans véritable droit à la parole ou à la décision face à un curé tout puissant dans sa paroisse. Un curé qui reste – tout au moins officiellement – un marginal économique, affectif et sexuel, alors qu’il pourrait être davantage intégré dans la réalité de la cité…

Le film « Grâce à Dieu » pose le problème du silence voire de l’omerta dans l’Église. S’il y a des silences bienfaisants, il y a aussi des silences dévastateurs, méprisants et complices. Ce sont les immenses lâchetés de ceux qui préservent l’institution et leur propre pouvoir dans celle-ci. Que les hommes soient faillibles est une chose, mais que l’Église qui les a recrutés, les couvre, les cache, les mute et les laisse poursuivre dans leurs déviances, est proprement insupportable et scandaleux.

On attache plus d’importance à « sauver » l’institution et les ego de sa hiérarchie qu’à répandre le message d’amour de l’Évangile. Ceux qui étaient venus attirés par le message, s’en vont sur la pointe des pieds…

Grâce à Dieu, les faits sont maintenant connus.

Grâce à Dieu, la « Sainte Église » va devoir balayer devant sa porte.
Et il y a du travail, avec toutes ces choses cachées et accumulées…

Grâce à Dieu, la « Sainte Église » va s’apercevoir,
Que le silence est coupable et la peur mauvaise conseillère.
Que tous les prêtres n’ont pas à porter le poids de la perversion de quelques uns.

Grâce à Dieu, la « Sainte Église » va peut-être réaliser,
Qu’il est temps d’impliquer plus largement les femmes dans cette institution très fermée.
Ce qui aurait pour effet immédiat un plus grand équilibre… à tous points de vue.

Grâce à Dieu, la « Sainte Église » va peut-être finir par admettre,
Que tous les prêtres ne sont pas faits pour vivre seuls.
Dieu, lui même, ne vit-il pas son Amour avec le Fils et avec l’Esprit ?

Grâce à Dieu, la « Sainte Église » va peut-être comprendre,
Qu’on n’attend pas d’elle qu’elle soit « Sainte » mais qu’elle soit Vraie.
Qu’avec Dieu il n’y a jamais prescription, mais toujours le pardon.

Grâce à Dieu, l’Église Vraie va enfin passer les affaires de pédophile au filtre de l’Évangile et méditer : « Ce que vous avez fait à l’un de ces plus petits, c’est à moi que vous l’avez fait. » Mt 25,34-40

Norbert MOUIREN

Contact : contact@motsenliberte.fr

Illustration : Affiche du film « Grâce à Dieu » de François Ozon.


Je dédie cet article à tous les membres de l’association « La parole libérée » pour leur courageux et patient combat.

9 Commentaires

  1. Devise 20 mars 2019 à 11:19 - Répondre

    Merci Norbert pour ce texte qui exprime toute notre indignation face au silence assourdissant de l’Eglise sur toutes ces « affaires » connues ou non…
    le film est percutant et bouleversant , il interroge l’Eglise en tant qu’institution .
    Je ne comprends pas le rejet de la démission proposé par Barbarin au Pape François . Sa position n’est plus tenable…

    Je ne mélangerais pas le mariage des prêtres à ce problème,
    Car comme le dit Jean Yves, que je salue, les viols, incestes ont lieu majoritairement dans l’entourage immédiat des enfants.
    Et d’autre part, ces personnes sont plutôt des malades à soigner, je ne suis pas sure que le mariage soit le remède…
    Ouvrir le débat dans l’Eglise est urgent mais je pense que c’est toute notre société qui doit lever le tabou, notamment dans tous les milieux où se trouvent des enfants, là aussi se trouvent aussi les prédateurs …
    Belle journée à vous !
    Véronique

    • Norbert MOUIREN 20 mars 2019 à 11:54 - Répondre

      Merci Véronique de joindre ton indignation à la mienne.

      C’est vrai que le mariage des prêtres ne sera pas le remède à ce douloureux problème de la pédophilie.
      Je persiste pourtant à dire que le célibat des prêtres ne devrait plus être imposé mais correspondre à un libre choix de vie.

      Je suis par ailleurs, comme toi, très étonné du refus du Pape de la démission de Philippe Barbarin… Quelques femmes associées au gouvernement de l’Eglise, auraient sans doute fait éviter au Pape François cette erreur de communication… et cette souffrance supplémentaire aux victimes.

      Belle journée de printemps !
      Norbert

  2. L-J Gal 18 mars 2019 à 16:36 - Répondre

    Je n’ai rien à ajouter, pour moi ton texte est parfait.
    Mais qui peut l’entendre, dans la hiérarchie de l’église ?

  3. claudine onfray-ménez 12 mars 2019 à 06:37 - Répondre

    Merci , superbe !

  4. jean-yves simon 9 mars 2019 à 10:40 - Répondre

    merci Norbert de tes nouvelles indirectes. Elle manifestent une fois de plus l’acuité de ton esprit.
    Quant aux « Grace à Dieu » de la fin et le commentaire de Martine, je souligne toutefois que c’est au sein des milieux familiaux que les exactions sexuelles sont les plus nombreuses (pédophilies, viols,) et souvent les plus abominables que ce soit par les parents , oncles, cousins… Il n’est donc pas sur que le mariage des prêtres (de ces prêtres la) améliorent beaucoup les choses.
    C’est contre l’abus de pouvoir qu’il convient d’agir et éduquer les prêtres (ces prêtres là) à ne plus se prendre pour des dieux tout puissants.
    Amitié
    jean Yves

    • Norbert MOUIREN 9 mars 2019 à 17:55 - Répondre

      Merci Jean-Yves de ton commentaire. Outre qu’il me rappelle les bons moments partagés, il est un témoignage de ta fidélité en amitié. Je suis d’accord avec toi : les problèmes rencontrés par l’Eglise, qui mériteraient une rapide remise en cause de sa part, sont avant tout, des problèmes d’abus de pouvoir, de formation des clercs et de mise à l’écart des femmes. Sans oublier bien entendu la culture abusive du Silence… Le mariage des prêtres ne serait pas, bien évidemment, le remède miracle aux déviances pédophiles de certains prêtres. Pourtant, le célibat, pour les prêtres comme pour d’autres, devrait être un choix de vie personnel qui ne devrait plus être imposé à tous… Ce célibat imposé prive sans doute l’Eglise de nombreux talents… Avec l’amitié. Norbert

  5. Céline 8 mars 2019 à 23:27 - Répondre

    A lire : « qu’avez vous fait de Jésus ? » de Christine Pedotti.

  6. Martine Bouveret 5 mars 2019 à 09:24 - Répondre

    Que dire de plus ? Tout ce que tu écris ici, je le pense depuis longtemps. Notre pape François semble vouloir faire le ménage, enfin !
    Mais voilà que maintenant, après ces sordides histoires de pédophilie, sortent des histoires tout aussi sombres: des prêtres auraient abusé de religieuses, les obligeant même à avorter quand nécessaire. D’autres, à Rome même, auraient été ouvertement clients de prostitué(e)s .
    Les anticléricaux s’en donnent à cœur joie et soufflent sur les braises !
    Prions pour que toutes ces horreurs, si elles sont reconnues, soient punies, que le mariage des prêtres soit enfin autorisé, ainsi que, pourquoi pas, la prêtrise des femmes. Peut-être verrons nous alors un renouveau des vocations,
    Martine

  7. Daniel GUILLOT 3 mars 2019 à 22:56 - Répondre

    Ton analyse me satisfait, mais tu es trop bon lorsque tu parles d’immaturité, ou de malades, leur besoin en matière de sexe devrait se concrétiser seulement auprès d’une population consentante, ce ne sera jamais admis qu’on puisse s’en prendre aux enfants, bon on pourra peut être en débattre ensemble Jackie

Je réagis à cet article !