--Des sourires qui s’invitent à un conte de Noël

Des sourires qui s’invitent à un conte de Noël

Ce matin pour Alain, c’est l’heure du rendez-vous avec Pôle emploi.
C’est la énième fois qu’il rencontre sa conseillère.
Nathalie est gentille, souriante mais n’a rien à offrir
Sinon un moment d’échanges pour imaginer des projets
Et d’hypothétiques lendemains de formations ou de stages.

C’est vrai qu’il a 52 ans et qu’il en paraît beaucoup plus,
Son visage est marqué, ridé, fermé.
Les yeux sont à peine ouverts et ne laissent guère pénétrer la lumière.
Les lèvres sont serrées, aucune parole ne sort de sa bouche.
Parler ne sert à rien, si ce n’est quelquefois à s’attirer des ennuis.
Il ne fait que très rarement un effort pour écouter,
Cela fait mille ans qu’il n’a plus entendu quelque chose d’intéressant.

Il n’attend rien. Plus rien.
Il respire, mange un peu. Il vivote.
Une vie comme un chemin plat, sans horizon,
Même pas un chemin de croix, un chemin sans rien…
Une vie de solitude sans personne sur qui s’appuyer.

Nathalie est encore plus souriante que d’habitude.
Ses yeux sont vifs, lumineux, pétillants,
Sa bouche dessine un joli quartier de lune qui éclaire son visage.
– J’ai une bonne nouvelle pour vous, annonce Nathalie.
-…
C’est toujours une joie d’avoir une bonne nouvelle à annoncer
Comme une espèce de cadeau qu’on se fait d’abord à soi-même.

Alain a entendu mais son visage reste impassible et sa tête baissée.
– Pourriez-vous venir travailler dès demain ?
Alain lève la tête, et d’un coup de menton vers Nathalie,
semble lui dire qu’il aimerait qu’elle répète.
– Oui, Alain, ce serait pour travailler sur le marché de Noël.

Un travail pas comme les autres

Puisant un peu de force dans le regard bienveillant qu’elle pose sur lui,
Alain demande quelques précisions sur la nature du travail.
– Je ne peux rien vous dire de plus.
Et tendant à Alain un petit carton avec une adresse, elle rajoute :
– Allez voir monsieur Hilare demain à 9h. Il vous attend.

Monsieur Hilare est un homme jovial.
Son visage est un peu rond.
Il porte de grosses lunettes qu’abritent d’épais sourcils.
Il accueille Alain avec beaucoup de chaleur,
Comme s’il le connaissait depuis longtemps.

Après lui avoir offert un café, il lui dit d’emblée :
– Vous savez sourire ?
Interloqué par une telle question, Alain reste muet.
– Je suis venu pour un travail, tente-t-il, au bout d’un long silence.
– C’est d’un travail dont il s’agit.
– Ah bon ?
– Oui, je cherche quelqu’un qui va distribuer des sourires sur le marché.
– Mais à qui ? A tout le monde ?
– Oui c’est ça, à tous ceux que vous rencontrerez sur le marché de Noël.
– Mais on va me prendre pour un fou ?
– Sans doute, je vous demande d’ailleurs de travailler comme un fou !

– Puis-je me permettre une question, monsieur Hilare ? Qui êtes-vous ?
– Je suis ingénieur qualité, chargé des ressources humaines sur le marché de Noël.
– Quel intérêt pour une foire ?
– La qualité de notre vie dépend de la qualité de notre relation aux autres.
– Ok, mais quel intérêt pour un marché de Noël ?
– Eh bien pour faire en sorte que ce soit Noël avant d’être un marché.

Alain accepte le job et se sent tout d’un coup délivré du poids de son inutilité.

Les sourires d’Alain 

Tout d’abord, sa présence et ses allées et venues sur le marché intriguent.
Puis suscitent quelques commentaires et interrogations.

Alain sourit à qui mieux mieux,
Il sourit maintenant comme il respire.
Les regards sont fuyants au début.
Puis finissent par croiser le sien et se détendent à leur tour.
De timides sourires apparaissent sur des visages jusqu’ici fermés.

Ici et là, on s’aperçoit que sourire ne prend pas de temps,
Que c’est un vrai confort pour faire les achats de Noël,
Pour affronter la foule des badauds et les longues files d’attente,
Que c’est un moyen de transformer son stress en joie.

Les vendeurs adoptent un sourire qui n’est plus seulement commercial.
Celui que les clients leur renvoient est chargé de confiance et de gratitude.
Les promeneurs ont ralenti le pas. Les couples se prennent par la main.
Les enfants dansent devant leurs parents et rient aux éclats.

La paix de Noël pour tous

Alain revit et voit tout cela.
Une certaine fierté l’habite maintenant.
Il déambule dans les longues allées du marché de Noël.
Il sourit, rit et sourit de nouveau,
Prenant bien garde de n’oublier personne.

Pas besoin de costume rouge, ni de barbe blanche,
Pour lire l’émerveillement dans les yeux des petits et des grands.

Chacun ramènera chez lui, des cadeaux enveloppés de son sourire.
Un sourire qui permettra la rencontre autour de la table de Noël.
Une rencontre, une ambiance, un cœur à cœur et pas seulement un repas.
Il est en paix.

La paix de Noël sans doute…
La paix sur ce marché de Noël où il n’était pas prévu,
Qu’une telle abondance de sourires s’invite à un conte de Noël.

Norbert MOUIREN

—————————————————————————————————————————————————————————-

En complément de ce conte, je vous suggère d’aller découvrir l’association
S.N.C.  (Solidarités nouvelles face au chômage), créée il y a 30 ans par des Aixois !

Lire aussi, le conte de Noël 2015 : Jésus est né à Calais

Contact : contact@motsenliberte.fr 

2 Commentaires

  1. Chrystelle 23 décembre 2016 à 18:09 - Répondre

    Magnifique histoire !

  2. Fr. René-Hugues 20 décembre 2016 à 12:20 - Répondre

    Merci de ce beau conte de Noël ! Il nous conduit délicatement vers la véritable dimension de la fête de Noël par le chemin du vrai bonheur de l’homme. Ce chemin ne passe pas par la seule surabondance de cadeaux merveilleux enveloppés dans des papiers aux couleurs variées et chatoyantes, ou d’aliments raffinés, bien arrosés, aux prix inouïs, ou de soirées extraordinaires ruisselantes de lumières, de guirlandes et de musiques délirantes. Il peut y avoir une petite dose de tout cela, mais la voie royale du chemin qui conduit à la joie de Noël, c’est ce qui nous permet de renouer des liens d’amitié, des sourires de joie profonde et non de sourires « commerciaux », de simplicité pour pouvoir briser la glace d’indifférence qui est trop souvent visible dans le quotidien. Le conte qui nous est ici proposé est une des voies de ce chemin vers la simplicité retrouvée entre personnes jusque là inconnues mais désormais reconnues comme des semblables dignes d’attention, de chaleur humaine, d’écoute, de compassion, d’attention à leur humanité profonde. Une autre voie se fait jour aussi, en ce temps de Noël, dans les  » Christmas flash Mobs « , bien que le type de relations qui s’y font n’ont pas probablement la même profondeur entre les spectateurs …

Je réagis à cet article !